Les éditeurs

editeurs 1.jpg

Il aura fallu le travail patient et laborieux du collectionneur François Hébert pour parvenir à dénombrer la pléthore de maisons d’édition qui se lancent, entre 1940 et le milieu des années 1960, dans la publication de fascicules au Québec. À ce jour, Hébert a pu identifier 66 instances éditoriales ayant imprimé quelque 238 séries, pour un total astronomique de titres, qui dépasse les 11 000 fascicules.

 

Au sein de ce vaste continent, les Éditions Police-Journal occupent une bonne partie du territoire, avec 8 séries totalisant quelque 5 500 fascicules. Cette maison d’édition, fondée par Edgar L’Espérance (qui a racheté des mains d’Eugène L’Archevêque les Éditions du Bavard), produit donc près de la moitié des titres disponibles sur le marché. Assez rapidement, les Éditions P-J axent leur promotion sur la « qualité » de leur production face à la concurrence, invitant le lectorat à se méfier des imitations.

 

L’histoire des principaux concurrents de Police-Journal, notamment les Éditions Irène et les Éditions Bigalle, reste à faire… Toutefois, les titres des séries publiées par la compétition démontrent qu’on tente de reprendre la recette du succès des Éditions Police-Journal : « Les aventures extraordinaires de l’agent ZED 29, l’as des as du contre-espionnage canadien », « Les aventures extraordinaires de l’espion no 13, l’infaillible espion canadien », « Le génial espion X-14, agent secret canadien », toutes publiées aux Éditions Irène, s’inscrivent à la limite du plagiat de la célèbre série lancée par les Éditions Police-Journal, « Les aventures étranges de l’agent IXE-13, l’as des espions canadiens ».

éditeurs 2.png
éditeurs 3.png
Les_rats001.jpg
Son_dernier_hold-up.jpg